La nuit a été agitée. Une tempête avec des vents violents a soufflé pendant une bonne partie de la nuit. Heureusement que nous étions bien à l'abri dans notre petite cabane.

Avant de repartir, nous profitons encore un peu de l'endroit tout en prenant notre petit déjeuner : thé, barres de céréales, muesli et en expérimentation cette année : galettes de riz.

P1040200

Nous plions ensuite notre petit matériel et, à 7H40, nous initions les premiers pas d'une belle montée vers la portella de la Grava pour surplomber tranquillement l'étang de Lanoux et la cabane de Rouzet.

P1040201

P1040202

Les conquêtes matinales sont toujours les plus belles.

P1040203

P1040204

P1040205

Le petit plus parmi ce tableau unique de douce solitude partagée : le passage frémissant d'un isard solitaire. 

P1040206

Rien que du bonheur !

P1040208

En vue, un plateau marécageux à atteindre.

P1040209

Nous recroisons alors le couple que nous avions la veille suspecté de nationalité états-unisienne. En fait, l'homme est bien américain mais la femme est écossaise. Nous partageons nos impressions sur le sentier, notre expérience venteuse de la nuit passée puis chacun reprend son chemin. Par la suite, nous n'arrêterons pas de nous dépasser l'un et l'autre.

P1040210

P1040211

P1040213

P1040214

Nous approchons ensuite le lac des Bouillouses et ses nombreux touristes...

P1040215

P1040216

P1040217

P1040218

P1040219

Nous nous arrêtons juste au barrage pour remplir nos poches à eau avant de poursuivre notre route sous une vive chaleur.

L'endroit est étonnant : un vaste plateau herbeux s'étend à nos pieds, sillonné de petits canaux insoupçonnés.

P1040220

P1040221

P1040222

Si ce paysage là ne manque pas de charme, l'ombre y est regrettablement peu présente... Or, nous ne nous y trompons point, certains signes ne trahissent pas : des gargouillis impromptus se mêlent maintenant aux cigales et résonnent régulièrement tandis que le soleil qui nous arrose culmine à son zénith.

Il va être l'heure...

Encore quelques pas et nous arrivons à l'étang de la Pradeille pour une agréable pause pique-nique les pieds dans l'eau.

P1040224

P1040225

P1040226

"Mais diteu moi Guillaumeu, quelle est la recetteu de votreu sandwich au pâté ?"

"Et bien ma chére Amélie, c'est simpleu commeu bonjoureu et en plus ça ne mangeu pas de paing !

Il vous faut uneu bonneu baguetteu, uneu petiteu conserveu de pâté et au couteau suisseu, à la bonneu franquetteu, vous étalez un quareu deu pâté sureu chaqueu demi-baquetteu. Et commeu ça, hé, il vous en resteu mêmeu pour leu lendemaing !"

P1040227

L'après-midi, le soleil ne faiblit pas. Nous ressentons véritablement bien le changement de climat annoncé par le pyrénéen au col de Coma d'Anyell.

P1040228

Les arrêts "rafraîchissements" sont fréquents : une boisson à Bolquère, une glace à La Cabanasse...

P1040229

P1040230

P1040232

P1040233

P1040234

P1040235

Le célèbre train jaune.

P1040237

Et nous arrivons enfin à Planès, où nous posons nos sacs au gîte de l'Orri, impatients à l'idée de prendre une douche bien fraîche...

P1040238

... ainsi qu'un autre petit rafraîchissement : soda "écologique" aux plantes et au sureau.

P1040239

P1040240

A l'intérieur du gîte.